Indicateurs 2017

Le double projet économique et social est profondément ancré dans la culture de Danone. L'objectif de l'entreprise est de créer de la valeur et de la partager avec ses actionnaires et l'ensemble de ses parties prenantes.

Droits de l'homme et approvisionnement responsable

 

 

Danone s’engage à protéger les droits de l’Homme dans ses propres opérations et dans sa chaîne d’approvisionnement.

En 2001, l’Entreprise a formalisé sept principes sociaux fondamentaux fondés sur les normes de l’Organisation Internationale du Travail : abolition du travail des enfants, abolition du travail forcé, non-discrimination, liberté d’association et droit de négociation collective, santé et sécurité au travail  temps de travail et rémunération.

En 2016, Danone s’est engagé dans l’initiative collective du Consumer Goods Forum (CGF) visant à éradiquer le travail forcé des chaînes d’approvisionnement mondiales. Dans ce contexte, Danone a notamment mis à jour en 2017 ses Principes sociaux fondamentaux pour intégrer les Principes Prioritaires du CGF : tout travailleur doit jouir d’une liberté de mouvement, aucun travailleur ne doit payer pour son emploi, et aucun travailleur ne doit être contraint ou forcé à travailler.

 

 

Danone s’engage à protéger les droits de l’Homme dans ses propres opérations et dans sa chaîne d’approvisionnement.

En 2001, l’Entreprise a formalisé sept principes sociaux fondamentaux fondés sur les normes de l’Organisation Internationale du Travail : abolition du travail des enfants, abolition du travail forcé, non-discrimination, liberté d’association et droit de négociation collective, santé et sécurité au travail  temps de travail et rémunération.

En 2016, Danone s’est engagé dans l’initiative collective du Consumer Goods Forum (CGF) visant à éradiquer le travail forcé des chaînes d’approvisionnement mondiales. Dans ce contexte, Danone a notamment mis à jour en 2017 ses Principes sociaux fondamentaux pour intégrer les Principes Prioritaires du CGF : tout travailleur doit jouir d’une liberté de mouvement, aucun travailleur ne doit payer pour son emploi, et aucun travailleur ne doit être contraint ou forcé à travailler.

RESPECT

Le programme d’achat responsable de Danone, RESPECT, couvre l’ensemble des catégories de fournisseurs de rang 1 hormis les producteurs de lait cru pour lesquels existe un programme spécifique.

Mis en œuvre depuis 2005, RESPECT est fondé sur trois piliers social, environnemental et éthique :

  • les Principes sociaux fondamentaux (cf. ci-dessus) ;
  • les Principes environnementaux : intégrés en 2009, ils couvrent la préservation des ressources, l’utilisation des produits chimiques, les changements climatiques et les émissions de gaz à effet de serre, la gestion de l’environnement, et le bien-être animal ;
  • les Principes d’éthique des affaires : intégrés en 2009 pour garantir l’équité et la légalité des transactions, ils ont été complétés en 2017 afin de refléter les dispositions du Code de conduite des partenaires commerciaux.

L’ensemble constitue les Principes de Développement Durable de Danone, retranscrits dans une clause contractuelle que les fournisseurs s’engagent à respecter. Aux termes de cette clause, le fournisseur s’engage à ce que les principes sociaux et éthiques soient déjà en place dans sa propre organisation et à ce que ses employés, mandataires, fournisseurs et sous-traitants s’y conforment. Le fournisseur s’engage également à s’efforcer d’implémenter les principes environnementaux.

 

En 2017, Danone a entrepris de faire évoluer RESPECT pour développer une démarche de diligence raisonnable incluant ses chaînes d’approvisionnement amont et portant une attention particulière aux droits de l’Homme. Cette démarche s’inspire des Principes Directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l’Homme des Nations Unies (UNGP) et contribue à la construction du Plan de vigilance requis par la loi du 27 mars 2017 relative au devoir de vigilance des sociétés mères et des entreprises donneuses d’ordre. Pour plus d’informations sur les diligences raisonnables d’achat responsable, consulter le document de référence 2017.

 

La démarche RESPECT, telle que mise en œuvre jusqu’en 2017, est centrée sur l’évaluation des fournisseurs de rang 1. Elle repose sur l’auto-déclaration par ces fournisseurs de leur performance RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) sur la plateforme d’information Sedex (Supplier Ethical Data Exchange), combinée à une analyse de risque réalisée par Sedex. Suite à cet enregistrement, les fournisseurs identifiés par Sedex comme étant potentiellement à risque sont audités par des organismes tiers certifiés. Les équipes achats de l’entreprise suivent la mise en œuvre des plans de remédiation résultant des audits.

Enregistrement des fournisseurs sur la plateforme Sedex

Le taux d'enregistrement a augmenté de 91% à 92%.

A fin 2017, 4 082 sites de fournisseurs de rang 1 étaient enregistrés sur la plateforme Sedex, contre 4 282 en 2016.  Cette baisse s’explique par des changements de périmètre liés à la cession de filiales en 2017 et à la centralisation des achats.

Audits SMETA pour les fournisseurs potentiellement à risque

Dans le cadre du programme RESPECT, les fournisseurs de rang 1 identifiés comme étant potentiellement à risque font l’objet d’audits SMETA (Sedex Members Ethical Trade Audit) effectués par un organisme tiers certifié. Grâce au processus de reconnaissance mutuelle des audits établi par le consortium AIM Progress, Danone a également accès via Sedex à des audits commandités par ses pairs sur leurs fournisseurs communs, ce qui permet de réduire le nombre d’audits. En 2017, 195 audits SMETA ont été réalisés sur des fournisseurs de Danone, à l’initiative de l’entreprise ou de ses pairs.

Conformité aux standards de remédiation de Danone

Depuis juillet 2017, Danone pilote un indicateur de performance lié au lancement des audits et à la clôture des plans d’action dans des délais appropriés en cas de non-conformité critique. Ces processus sont gérés par les équipes achats centrales et locales de Danone.

54

Nombre de cas requérant une action dans des délais appropriés en décembre 2017 (soit le lancement d’un l’audit soit un plan d’action clôt en cas de non-conformité critique).

100%

Taux de conformité pour les fournisseurs suivis au niveau central.

32%

Taux de conformité pour les fournisseurs suivis au niveau local​ (plan de remédiation en place pour 2018).

 

En décembre 2017, la conformité s’est élevée à 100% pour les fournisseurs suivis au niveau central et à 32% pour les fournisseurs suivis au niveau local. Ce dernier chiffre correspond à 19 cas non conformes aux standards de Danone. La moitié porte sur une seule catégorie d’achats dans un pays, reflétant une difficulté organisationnelle qui a été identifié et est en cours de remédiation.

 

Notre objectif est de remédier à tous les cas de non-conformité et d’améliorer les performances de développement durable de nos fournisseurs. Néanmoins, dans certains cas, la seule alternative est de mettre fin aux relations commerciales entretenues avec les fournisseurs qui ne souhaitent pas collaborer.

 

Danone est pleinement conscient du fait qu’en dépit de sa volonté d’agir de manière éthique, les violations des droits de l’Homme sont fréquentes dans les chaînes d’approvisionnement complexes. L’Entreprise est déterminée à identifier ses axes de progrès et à prendre les mesures nécessaires pour s’améliorer.